Charte pour la préservation du vivant

Principe :

Prendre en compte les impacts environnementaux et sociaux à moyen et long terme dans nos prises de décisions.

Objectifs :

  • Réduire les émissions de gaz à effet de serre pour tendre vers zéro émission nette de CO2 à horizon 2050
  • Baisser les pollutions lumineuses, sonores et de l’air
  • Préserver et développer la biodiversité
  • Stopper l’artificialisation des sols
  • Être sobre du point de vu énergétique et favoriser la consommation des énergies renouvelables

Méthode :

Chaque projet sera évalué au regard des différents objectifs, autant lors de sa mise en place que dans son fonctionnement et de sa fin de vie.

Un séminaire annuel sera organisé lors de la sortie du rapport du GIEC pour évaluer la trajectoire et la réajuster, échanger autour de l’élaboration d’une ville vivable et durable.
Ce temps dédié permettra de sensibiliser, d’informer et de former l’ensemble des élu·e·s et des habitant·e·s à cette thématique.

Le·a 1er·e Maire adjoint·e sera responsable de l’application de cette charte, le suivi se fera par un collectif paritaire citoyen·ne·s/élu·e·s.

Des leviers à prendre en compte :

Bien-être, bien vivre

Bénéfices du projet en minimisant la pollution lumineuse, de l’air, du bruit, la production de déchets.
Quel(s) type(s) de bénéficiaires (publics vulnérables ?)
S’assurer une réelle adhésion des bénéficiaires, du “voisinage”

Gaz à effet de serre

Réduction des émissions directes (choix des matériaux, …)
Réduction des émissions indirectes (transport, …), privilégier le local
Sobriété énergétique des activités de la ville et de l’ensemble des acteurs
Encourager l’autoproduction d’énergie renouvelable
Mise en place de puits de carbone (végétaliser la ville, planter des arbres, laisser les prairies non retournées, …)

Biodiversité

Évaluation de la situation initiale
Prise en compte de la diversité pour la pérenniser, la favoriser, l’amplifier
Exiger dans les marchés publics autant que possible des produits locaux, issus de l’agriculture biologique et de la pêche responsable
S’appuyer sur la maison du littoral, sur la trame verte et bleue

Imperméabilisation et consommation des sols

Moratoire sur l’utilisation des terres non déjà urbanisées et/ou imperméabilisées
Utiliser au mieux les techniques constructives qui permettent l’infiltration d’eau in situ
Appliquer strictement le principe éviter/réduire/compenser
Prise en compte de la remise en état de l’espace après utilisation, exploitation

Les commentaires sont fermés.